Comment je suis devenu psy à Fontenay-le-Comte ?

Né en 1977, originaire de la région Poitou-Charentes, je vis en couple et je suis papa d’une petite fille. 

 

Lorsque j’avais une vingtaine d’années, je me sentais très souvent en décalage avec les personnes de mon entourage. Le monde me paraissait beaucoup plus complexe que ce que les autres semblaient penser. Mais j’avais acquis la certitude qu’il était inutile de faire entendre ma voix et que, pour avoir le droit d’exister, il convenait de se conformer aux attentes des autres. J’étais bien souvent pétrifié par l’angoisse et le doute dès que je devais faire un choix seul. J’attendais donc que l’on me dise ce que je devais faire, qui je devais être et je m’exécutais.

psy-Fontenay-le-Comte.jpg

En 1999, j’ai choisi de faire un BTS biochimiste, parce qu’un professeur de chimie m’avait témoigné une grande confiance malgré des résultats scolaires déplorables. Si lui croyait en moi, alors j’allais croire en lui. Et c’est ainsi que mon existence a pris la direction des laboratoires pharmaceutiques.

Dans le contexte professionnel, j’étais considéré comme un excellent technicien, force de proposition, sociable, mais sujet à des réactions parfois imprévisibles. En effet, je me mettais en colère à la moindre critique. Cette colère était la manifestation de mon désir d'exister, de mon refus de me voir imposer quoi que ce soit, mais, en même temps, je me sentais contraint de satisfaire aux attentes des autres. Cette colère faisait alors place à la culpabilité de ne pas être le garçon affable et conciliant que j'imaginais devoir être.

Pendant une vingtaine d’années, le mal-être était présent, mais je me contentais de jouer le rôle qui m’était assigné et cela commençait à me poser de sérieux problèmes. Qui suis-je dès que je suis seul ? De quoi ai-je envie ? Qu'est-ce qui vaut vraiment le coup de s'engager dans la vie ? Je me sentais vide. Je ne faisais que ce qui était socialement acceptable sans savoir pour quelles raisons je le faisais. Ma vie n’était qu’une succession de devoirs et d’obligations. L’angoisse, l’anxiété et la culpabilité étaient mes compagnes les plus fidèles.

 

J’ai passé de nombreuses années à fréquenter des psy. Mais hormis expliquer mes difficultés par un passé douloureux, je continuais d'attendre que l'on me dise ce qui n'allait pas chez moi. 

En 2016, suite à un bilan de compétences, j’ai entrepris une formation en thérapie existentielle qui se nomme l’Approche Pearl. Cette formation avait l’énorme avantage de préparer à exercer le métier de thérapeute, tout en proposant en parallèle de travailler sur soi. 

Pendant les trois années de formation, j’ai petit à petit appris à donner du sens à ce que je vivais et à ne plus me dénigrer systématiquement. L'angoisse et le doute étaient l'expression d'une certaine sensibilité aux conditions de l'existence humaine auxquels je ne donnais pas de sens. Le principal enseignement pour moi a été de me rendre compte que je n’étais pas uniquement la conséquence de mon passé, et que la stratégie inconsciente qui consistait à m'adapter à ce que l'environnement me proposait relevait de mon propre choix, et que j'étais libre d'en changer. Cela m'évitait de répondre à la question : qui est-ce que je veux être ?

Cette liberté, acquise dans la recherche de ma vérité, s’accompagne également de l’énorme responsabilité qui m’incombe. En effet, je ne peux plus me cacher derrière les autres pour expliquer mon inaction, ma souffrance ou ma frustration. Et malgré l'anxiété parfois ressentie, j'ose écrire les pages de mon histoire à la première personne du singulier.

 

Durant la formation, j’ai également découvert la philosophie. Et alors que je croyais que cela s’adressait à des élites déconnectées de la réalité, je me suis rendu compte que la philosophie (l’art de se questionner) s’adressait à tout un chacun et pouvait s’appliquer à la vie concrète, et que, loin des approches normatives et sclérosantes de l’être humain, cela pouvait être profondément aidant.

Et c’est ainsi que, suite à cette formation, alors que je souhaitais initialement faire ce métier convaincu d’acquérir un savoir qui me rendrait omniscient, me voilà à présent à exercer, parce que vous découvrir et vous aider à vous connaître en profondeur donne du sens à ma vie

Originaire de la région niortaise, j'ai choisi de m'installer en tant que psy à Fontenay-le-Comte près de Niort (Saint Hilaire des Loges) pour vous aider à découvrir comment donner du sens à la votre et, si tel est votre désir, vous accompagner dans le changement. Vous trouverez toutes les informations pratiques ici.

" L’important n'est pas ce qu'on a fait de moi, mais qu'est-ce que je fais moi-même de ce que l'on a fait de moi. "

Jean-Paul Sartre       

psy-Fontenay-le-Comte.jpg

Mais pourquoi donc vous raconter tout cela ?

 

Puisque vous allez être amené à parler de vous, il me semblait juste que vous en sachiez un peu sur moi, puisque moi aussi je suis confronté à ces enjeux existentiels communs à tous. L’humilité à laquelle je faisais référence concernant ma posture n’est pas un vain mot. Et en vous partageant certains aspects de mon existence, je souhaite également démythifier la vision du psy et ainsi m’engager avec vous dans une relation thérapeutique authentique. 

Fabrice Branchu
Psy Fontenay-le-Comte
Psychotérapie - Thérapie Existentielle

06.19.35.62.61
psy.fontenaylecomte@lesprofondheures.fr