Psy Fontenay-le-Comte

Bonjour et bienvenue

Entamer une thérapie est une démarche qui implique souvent quelques interrogations bien légitimes. Psychiatre, psychanalyste, psychologue, psychopraticien, sophrologue autant d'appellations qui témoignent des diverses manières d'accompagner l'être humain dans les difficultés qu'il traverse, mais qui malheureusement rendent la tâche bien compliquée au moment de choisir son psy.
Ce site a donc pour but de vous aider à vous faire une idée sur l’
accompagnement que je propose et sur le psy que je suisEt si ma manière de voir la psychothérapie vous parle, peut-être serons-nous amenés à faire un bout de chemin ensemble ?

Pour ceux qui cherchent un psy à Fontenay-le-Comte, je suis installé en tant que psychopraticien à Saint-Hilaire-des-Loges, commune située à mi-chemin entre Fontenay-le-Comte (85) et Niort (79).

psy-fontenay-le-comte.jpg

La thérapie que je propose est dite "existentielle" au sens où nous allons parler de votre existence. Cette approche s’inspire du courant philosophique existentialiste. Cependant, il n’est en aucun cas besoin d’être un expert en philosophie pour entamer une thérapie existentielle. C’est une thérapie orientée vers les difficultés de la vie quotidienne de tout être humain qui tente de trouver des réponses concrètes aux souffrances que la vie l'amène à rencontrer.

Plutôt que de considérer les personnes qui entament une psychothérapie sous l'angle de la maladie ou du dysfonctionnement psychologique, je considère que vivre est difficile et que la vie nous amène à expérimenter de nombreuses situations face auxquelles nous pouvons bien souvent nous sentir démunis. Deuil, maladie, déménagement, dépression, mal-être, obligations familiales et sociales, troubles émotionnels, relations conflictuelles, amènent inévitablement à ressentir des regrets, de la culpabilité et de l’anxiété
Et l’idée générale de notre temps, qui consiste à croire que la vie se résume à une quête effrénée de plaisirs et de bonheur, qu’il faut sans cesse positiver, entretient le mythe d’une vie sans effort et sans souffrance.

Or en thérapie existentielle, nous allons considérer que tout ce qui fait le sel de la vie est constitué de moments agréables mais aussi moins agréables. Dit autrement, vivre est difficile, et les moments désagréables ont aussi leur raison d’être. Et plutôt que de les nier ou de les subir, mais aussi parce que je crois que donner du sens à sa vie permet d’en dépasser les vicissitudes, mon travail consiste à vous accompagner sur le chemin d’une vie pleinement vécue.

A travers une écoute bienveillante et sans jugement, votre psy à Fontenay-le-Comte accompagne donc des personnes qui sont prêtes à se mettre en chemin pour chercher en elles les raisons de leur détresse psychologique ou émotionnelle mais aussi des personnes qui souhaitent s'épanouir et travailler à la réalisation de soi

" Celui qui a un pourquoi qui lui tient lieu de but, de finalité, peut vivre avec n'importe quel comment. " 

Friedrich Nietzsche      

psy-fontenay-le-comte.png

Histoire des psychothérapies

 

Spinoza, philosophe bien connu, défendait la thèse selon laquelle l’être humain ne possédait pas de libre arbitre et qu’il était donc le fruit d’un déterminisme. S’il a choqué en son temps, c’est qu’il ne raisonnait pas en terme de transcendance ni de valeurs, mais en terme de pulsions et d’affectivité. Dit de manière plus simple, il pensait que l’être humain se croyait libre, mais qu’en fait il était mû par des motifs invisibles.

Freud, père de la psychanalyse, s’est quant à lui inspiré de cette manière de penser. En effet, en allongeant la personne sur un divan et en laissant libre court à la pensée de son patient, il recherchait dans l’inconscient de la personne les raisons qui expliquaient la névrose (maladie de la psyché qui se caractérise par des difficultés émotionnelles et/ou comportementales) mais aussi les troubles mentaux. Pour lui, le trouble névrotique était nécessairement lié à un traumatisme récent ou ancien. Il considérait donc qu’il existait des raisons qui expliquaient la souffrance psychique et que, pour la guérir, il était nécessaire d’aller explorer le passé de la personne. Ceci dit, quoi qu’on puisse en penser, en s’intéressant aux tréfonds de l’âme humaine, il venait de créer la première relation d’aide de ce type.

Dans le courant de la psychologie moderne, l’idée qu’un inconscient (dont l’existence n’a toujours pas été démontrée scientifiquement) nous manipulerait à notre insu est encore bien présente. De plus, l’être humain reste toujours considéré sous l’angle de la maladie ou du dysfonctionnement. En effet, si la personne souffre, il faut l’apaiser sans faire appel à ses ressources pour dépasser sa souffrance. D’ailleurs, de nombreuses thérapies ont vu le jour ces dernières années comme la thérapie comportementale, qui vise à reprogrammer la personne comme s’il s’agissait d’une simple machine. Il suffit que la personne souffre d’un trouble anxieux pour vouloir la reprogrammer sans chercher à s’intéresser à sa manière de vivre l’anxiété. Cette conception des souffrances de l’âme humaine découle directement d’une vision où l’être humain est dépourvu de libre arbitre. 

psy-fontenay-le-comte.jpg
psy-fontenay-le-comte.jpg
psy-fontenay-le-comte.jpg

Pourtant, à partir des années 1940, deux courants de pensée ont émergé. Tous deux partagent la vision d’un être humain qui, quoi qu’il vive, reste libre de choisir le sens qu’il donne à son existence : 

- D’un côté l’approche humaniste, fondée sur une vision positive de l’être humain, qui s’est développée essentiellement aux Etats-Unis sous l’impulsion Abraham Maslow, mais aussi de Carl Rogers créateur de l’approche centrée sur la personne, première thérapie dite relationnelle. Il s’agit d’une approche non directive où la personne qui consulte décide des orientations qu’elle souhaite donner à sa thérapie.

 

- De l’autre, l’approche existentielle qui s’est développée en Europe, mais qui, suite aux tragédies et horreurs liées aux deux guerres mondiales a eu du mal à accepter la vision positive de l’être humain, et a mis l’accent sur les limitations et une vision tragique de l’existence. Le psychiatre Karl Jaspers en est l’une des figures de proue, et la psychologie moderne s’est largement inspirée de ses idées avec notamment les concepts de situation limite et de transcendance

 

Malgré leurs différences, ces deux mouvements s’inspirent de la philosophie existentialiste (Nietzsche, Kierkegaard, Sartre, Camus..) et insiste sur le fait que si l’être humain ne choisit pas ses conditions d’existence (ses parents, l’époque à laquelle il nait, sa nationalité…), il possède une marge de manœuvre pour décider de ce qu’il en fait. 

 

Cette conception de l’être humain bouleverse complètement l’univers de la psychothérapie. Que ce soit le mouvement humaniste ou existentiel, ils appréhendent tous deux l’être humain de manière holistique. En effet, là où une approche systémique porte son attention sur la dimension sociale d’une personne, où la psychologie s’arrête à la dimension psychologique, où le développement personnel insiste sur cet ego dont il faudrait nécessairement se débarrasser, l’humanisme et l’existentialisme considèrent l’être humain de manière globale.

En effet, l’être humain est un être relationnel et c’est sa manière d’être en relation avec lui-même, avec les autres, avec son environnement qui va être exploré. La personne n’est plus appréhendée comme un patient qui doit être soigné ou sauvé mais bien comme une personne aux prises avec les données de la condition humaine que sont la liberté, la mort, l’isolement et le sens de la vie.

Et plutôt que de se fier à une étude statistique pour définir ce qui est normal de ce qui ne l’est pas, c’est le vécu unique de chaque individu qui va être pris en compte grâce à une approche phénoménologique. Ces thérapies insistent aussi sur le développement de la conscience-de-soi, l’affirmation de l’individualité et l’expression de la singularité.

De plus, là où la psychologie Freudienne part du principe qu’il existe un inconscient, en psychologie humaniste et existentielle, il est plutôt question de stratégie mise en place par la personne de manière non consciente pour s’adapter à son environnement. Il est fréquent que cette stratégie automatique soit à l’origine de son malaise et de ses difficultés sans même s’en rendre compte.

 

Du fait de leur vision résolument positive de l’être humain, les psychothérapies humanistes visent l’épanouissement et l’accomplissement de la personne. En thérapie existentielle, le praticien part du principe que le mieux-être est une conséquence possible de la mise en évidence d’un paradoxe avec lequel une personne est habituée à vivre sans y prêter attention.

Faire une psychothérapie existentielle, c’est donc faire une thérapie intégrative au sens où le praticien s’adapte à la personne que vous êtes et ne vous enferme pas dans une case. Le thérapeute vous aide à mettre en lumière vos contradictions, vos paradoxes, en vous aidant à décrire votre vécu dans l’ici et maintenant. Ce vécu peut prendre différentes formes et se traduire par une pensée, une émotion, une intuition ou un ressenti particulièrement signifiant, et c’est en l‘éclairant que vous pourrez mieux comprendre ce qui donne du sens à votre vie.

psy-fontenay-le-comte.jpg
  • Facebook

Psy Fontenay-le-Comte
Saint-Hilaire-des-Loges


Fabrice Branchu
Psychotérapie - Thérapie Existentielle

Psychopraticien certifié

06.19.35.62.61